Livraison GRATUITE à partir de EUR 75,00 en Europe.

Le guide ultime de l'Histoire de l'Horlogerie

Publié par La Boutique Des Hommes le

Le guide ultime de l'Histoire de l'Horlogerie

Notre monde a toujours été fasciné par l'observation du temps qui passe. De l'homme préhistorique à l'engouement technologique moderne, le monde de la montre, ou comme les horlogers préfèrent le nommer : le monde du garde-temps, a vu une quantité abondante d'appareils différents utilisés pour mesurer le temps. Les cadrans solaires et les horloges à eau faisaient partie des méthodes les plus courantes de suivi du temps avant l'invention de l'horloge mécanique à la fin des années 1200. LBDH vous fait voyager dans le temps...

 

L'avant : La mesure du Temps avant l'horlogerie moderne

 

Quelques dates-clés :

  • 2ème millénaire avant Jésus-Christ : apparition du gnomon, bâton qui permet de mesurer l’ombre portée par le soleil
  • Vers - 2000 avant J-C : Apparition de l'horloge à eau, aussi appelée clepsydre
  • - 800 : Apparition des horloges solaires
  • - 545 : Le philosophe et savant grec Anaximandre construit le premier cadran solaire grec
  • - 400 : Platon introduit en Grèce la première clepsydre
  • 1e siècle av. J-C : L’astronome Cléomède fait remarquer que si la Terre était cubique, le jour durerait 6 heures et la nuit 18, si elle était pyramidale, chacun de ses côtés serait éclairé 8 heures. Si elle était plate, le soleil se lèverait partout en même temps. Elle était donc forcément sphérique.

 

horloge et chaise

 

Dès 4800 av. J-C, l’homme tente de mesurer le temps. Les astronomes égyptiens après avoir observé la régularité des cycles lunaires, décomptaient des périodes de temps par équinoxes. Auparavant, l’homme préhistorique avait déjà constaté que le soleil projetait des ombres de longueurs différentes au fur et à mesure de l’écoulement de la journée. Toutefois, ce phénomène naturel ne fut utilisé pour mesurer le temps que 2000 ans environ av. J-C. Observateur attentif, l’homme remarque bientôt que la nature recélait d’autres manifestations dont le déroulement était si uniforme qu’elles pouvaient être utilisées pour mesurer le temps. Les premières constructions comme le dolmen, le menhir en Bretagne, ou l’obélisque en Égypte répondent à des préoccupations diverses : tombes, lieux de culte, repères pour voyageurs, repères astronomiques.

 

Le tout premier ancêtre du garde-temps : le gnomon

 

Le gnomon, en grec « connaître » est un simple bâton planté à la verticale dans le sol. La longueur de l’ombre permet de mesurer l'heure au soleil. Le gnomon le plus ancien connu est chinois et remonte à 2400 avant J-C.. Bien qu’imprécis, il fut utilisé jusqu’au Moyen-Âge. En effet, la longueur et la direction de l’ombre varient selon les saisons en fonction de la position du soleil au-dessus de l’horizon. Ainsi, l’ombre la plus courte de l’année correspond au solstice d’été (le 21 juin plus connu désormais pour la Fête de la Musique) alors que la plus longue indique le solstice d’hiver (le 21 décembre). Le gnomon fut longtemps utilisé par les astronomes. La Nasa la très célèbre agence spatiale américaine, a recouru au gnomon pour orienter les instruments de mesure posés sur le sol lunaire.

 

gnomon

 

Le cadran solaire 

 

Connu lui aussi de toutes les civilisations, le cadran solaire serait cependant né en Egypte vers 1500 av. J-C. Le cadran solaire n’a pas toujours compté 12 graduations. Au Moyen-Âge, les cadrans ne comportaient souvent que 4 traits. Le premier et le dernier correspondaient au début et à la fin de la journée de travail alors que le deuxième et troisième, plus rapprochés, déterminaient la durée de la pause !

Le cadran solaire a orné longtemps toutes les églises avant d’être remplacé (ou rejoint) par l’horloge. Sa précision fut améliorée par les Arabes au 14e siècle : en inclinant la tige du cadran selon la latitude du lieu, l’heure indiquée devint fiable. Ainsi, des cadrans solaires portatifs furent au point. Certains d’entre eux comportaient une boussole afin de les orienter correctement. Parfois, un cadran solaire était gravé sur le couvercle du boîtier de la montre afin d’en faciliter la remise à l’heure !

 

cadran solaire

 

Les horloges à ombres : entre gnomon et cadran

 

L’horloge à ombre est l’intermédiaire entre les deux des outils présentés plus haut. Elle est apparue en Égypte vers 1650 avant J.-C. Appelés « setchat » ou « merkhet » (littéralement instrument de connaissance), ces appareils ressemblaient à une règle coudée à angle droit. Par contre, il était impossible de mesurer les deux premières et les deux dernières heures du jour ; l’ombre projetée par l'horloge étant trop longue.

 horloge à ombre

 

Les clepsydres : le temps qui coule

 

Une horloge à eau ou clepsydre (en grec, qui signifie voleur d'eau) est toute pièce d'horlogerie par laquelle le temps est mesuré par l'écoulement régulé d'un liquide dans ou hors d'un récipient, et dont la quantité est ensuite mesurée. Pour faire simple, on mesurait l'eau écoulé d'un récipient gradué.

L'écoulement en forme de bol est la forme la plus simple d'une horloge à eau et on sait qu'elle existait à Babylone, en Égypte et en Perse vers le 16e siècle avant J.-C.. D'autres régions du monde, notamment l'Inde et la Chine, possèdent également des preuves précoces d'horloges à eau, mais les dates les plus anciennes sont moins certaines. Certains auteurs affirment cependant que les horloges à eau sont apparues en Chine dès 4000 av. J.-C.

clepsydre

 

Connaître l'heure même la nuit

 

Si ces appareils permettent de mesurer le temps le jour, comment faire la nuit ? La lune n’est pas toujours visible et souvent, elle ne l’est que partiellement. Difficile donc, voire impossible de projeter des ombres. Heureusement, il reste les étoiles qui tournent en 24 heures autour de l’étoile polaire. Le nocturlabe, serait apparu au début du 10e siècle. Il fut utilisé jusqu’au 18e siècle notamment par les marins. L’heure mesurée s’appelle l’heure sidérale qui présente un jour de différence avec l’heure solaire (facile à convertir donc).

 

L’astrolabe voit un grand succès dans les mondes arabes et occidentaux. En effet, il permet de mesurer le temps de jour comme de nuit. Décrit pour la première fois par Jean Philopon d’Alexandrie (475-565 après J.-C), il est perfectionné par les Arabes au 8e siècle : il est maintenant possible de déterminer la direction de la Mecque et les heures de prière. Il parvient en Europe via l’Espagne grâce à Gerbert d’Aurillac qui devient le pape Sylvestre II en 999. L’astrolabe universel est décrit par Al-Zarqalluh de Tolède dès le 11e siècle où il atteint son apogée. 

 

astrolabe

 

Le sablier : une invention toujours utilisée

 

Il n'y a aucune trace du sablier existant en Europe avant le début du Moyen Âge ; le premier exemple documenté date du 8ème siècle de notre ère, conçu par un moine franc nommé Liutprand qui a servi à la cathédrale de Chartres, en France. Mais ce n'est qu'au 14ème siècle que le sablier a été vu couramment, la première preuve ferme étant une représentation dans une fresque d'Ambrogio Lorenzetti . 

Les lunettes de sable marines étaient très populaires à bord des navires, car elles constituaient la mesure la plus fiable du temps en mer. Contrairement à la clepsydre, le mouvement du navire pendant la navigation n'affectait pas le sablier. Le fait que le sablier utilise également des matériaux granulaires au lieu de liquides lui a donné des mesures plus précises, car la clepsydre était susceptible de se condenser à l'intérieur lors des changements de température.

Le sablier a également trouvé de la popularité sur terre. Comme l'importance des heures d'événements religieux est devenue plus courante, créant un «besoin de garder une trace du temps», la demande d'appareils de mesure du temps a augmentéLes sabliers étaient essentiellement peu coûteux, car ils ne nécessitaient aucune technologie rare à fabriquer et leur contenu n'était pas difficile à trouver, et à mesure que la fabrication de ces instruments devenait plus courante, leurs utilisations devenaient plus pratiques. De nos jours, nous sommes encore ravis de découvrir ce petit instrument dans nos jeux de société par exemple !

 

sablier

 

Le temps brûle tout sur son passage

 

Une horloge à bougie, est une chandelle mince avec un marquage régulièrement espacé qui, lorsqu'elle est brûlée, indique le passage des périodes de temps. Bien qu'elles n'égalent pas la montre moderne, les horloges à bougie offraient un moyen efficace de lire l'heure à l'intérieur, la nuit ou par temps nuageux.  

On ne sait pas où et quand les horloges à bougie ont été utilisées pour la première fois. La première référence à leur utilisation se trouve dans un poème chinois de You Jiangu (520 après JC). Des bougies similaires ont été utilisées au Japon jusqu'au début du 10e siècle. Des méthodes similaires de mesure du temps ont été utilisées dans les églises médiévales et plus tôt, célèbre par le roi Alfred le Grand d'Angleterre, d'abord en comptant le nombre de bougies d'une taille spécifique brûlées, et plus tard en utilisant une bougie graduée.

Plus tard, les horloges à lampe à huile font leur apparition, ce sont des horloges constituées d'un réservoir en verre gradué pour contenir de l'huile, qui brûlait et fournissait ainsi une mesure approximative du passage du temps. Cette horloge était principalement utilisée au milieu du XVIIIe siècle.

 

 

L'après : l'Horlogerie moderne et le développement de la montre

 

Quelques dates clés :

  • Années 1200 : Apparition des premières horloges mécaniques en Angleterre cathédrale Saint-Paul à Londres par exemple)
  • 1386 : L'horloge de Salisbury est l'horloge mécanique restante la plus ancienne en fonctionnement
  • 1370 : Les premières horloges mécaniques à sonnerie apparaissent en France et en Angleterre
  • 16e siècle : le fer, élément clé de la conception des horloges, est écarté au profit du laiton, du bronze et de l'argent ; le développement des horloges à ressort débute
  • 1541 : L'industrie horlogère suisse est née. Le réformateur Jean Calvin de Genève interdit aux gens de porter des bijoux, modifiant ainsi l'avenir de la Suisse. Les bijoutiers genevois sont contraints d'apprendre un autre métier et apprennent l'art de l'horlogerie pour assurer leur avenir.
  • 1574 : La première montre de poche connue est créée, mais l'inventeur reste inconnu. La montre, en bronze, représente Saint George tuant un dragon sur le devant et la Crucifixion sur le dos.
  • 1770 : Abraham-Louis Perrelet invente un mécanisme à remontage automatique
  • 1812 : Breguet crée une montre à monter sur un poignet (la première montre-bracelet), pour Caroline Murat, reine de Naples.
  • 1963: Seiko développe des chronomètres à quartz à piles

 

Le développement de la montre par la religion

 

Les premiers horlogers européens médiévaux étaient des moines catholiques. Les institutions religieuses médiévales exigeaient des horloges parce qu'elles réglementaient strictement les horaires de prière et de travail quotidiens, en utilisant divers types d'appareils de mesure décrits précédemment dans cet article.

Quand les horloges mécaniques sont entrées en service, elles étaient souvent remontées au moins deux fois par jour pour assurer l'exactitude. Les monastères régissent les moments forts de la journée grâce aux cloches, sonnés soit à la main, soit par un dispositif mécanique, comme par un poids tombant.

 

horloge mécanique

 

La démocratisation du Temps : la montre-bracelet

 

Le concept de la montre-bracelet remonte à la production des toutes premières montres au 16e siècle. Elizabeth I d'Angleterre a reçu une montre-bracelet de Robert Dudley en 1571, décrite comme une montre à bras. Dès le début, les montres-bracelets étaient presque exclusivement portées par les femmes, tandis que les hommes utilisaient des montres de poche (ou montre à gousset) jusqu'au début du 20e siècle. Ce n'était pas seulement une question de mode ou de préjugés; les montres de l'époque étaient notoirement sujettes à l'encrassement dû à l'exposition aux éléments, et ne pouvaient être conservées de manière fiable à l'abri des dommages que si elles étaient portées en toute sécurité dans la poche.

Les montres-bracelets ont été portées pour la première fois par les militaires vers la fin du 19e siècle. Il devenait alors essentiel de synchroniser les manœuvres de guerre pour être efficace et ce, le plus rapidement possible. Quoi de plus efficace que de porter l'heure directement à son poignet ?

La Garstin Company de Londres a breveté un modèle de `"bracelet de montre" en 1893, bien qu'elle produisait probablement des modèles similaires à partir des années 1880. De toute évidence, un marché des montres-bracelets pour hommes se formait à l'époque.

Pendant la guerre des Boers , l'importance de la coordination des mouvements de troupes contre les insurgés très mobiles était primordiale, et l'utilisation de montres-bracelets s'est par la suite généralisée parmi la classe des officiers. La société Mappin & Webb a commencé la production de sa «montre de campagne» à succès pour les soldats pendant la campagne au Soudan.

 

première montre de l'histoire

 

De l'utilité à la mode : la montre moderne

 

Les premiers modèles étaient essentiellement des montres de poche standard montées sur un bracelet en cuir, mais au début du 20e siècle, les fabricants ont commencé à produire des montres-bracelets spécialement conçues.

En 1904, Alberto Santos-Dumont , un des premiers aviateurs, a demandé à son ami, un horloger français appelé Louis Cartier, de concevoir une montre qui pourrait être utile lors de ses vols.

 

montre oyster luxe bleu or horlogerie joaillerie bijouterie

 

Hans Wilsdorf a déménagé à Londres en 1905 et a créé sa propre entreprise avec son beau-frère Alfred Davis, Wilsdorf et Davis, fournissant des garde-temps de qualité à des prix abordables - la société est devenue plus tard Rolex. Découvrez d'ailleurs une de ses premières inspirations dans notre collection de montres. Wilsdorf était un des premiers convertis à la montre-bracelet et a engagé la société suisse Aegler pour produire une ligne de montres-bracelets. Sa montre-bracelet Rolex de 1910 est devenue la première montre de ce type à recevoir la certification en tant que chronomètre en Suisse.

L'impact de la Première Guerre mondiale a radicalement ouvert un marché de masse dans l'après-guerre. La société H. Williamson Ltd., basée à Coventry, a été l'une des premières à profiter de cette opportunité. L'horlogerie reconnaît désormais que sa clientèle n'est pas à la recherche de luxe mais bien de praticité. En une décennie, les ventes de montres-bracelets avaient dépassé celles des montres de poche.

 

montre rolex oyster histoire

 

Si vous êtes un vrai amateur d'horlogerie, n'hésitez pas à découvrir notre collection complète de montres.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.